Une société pas comme les autres

Je ne vous apprends rien si je vous disais qu’une société est un « ensemble d’individus vivant en groupe organisé » selon le dictionnaire Larousse. Mais bon, je ne comprends pas non plus pourquoi une société décide d’exclure certaines personnes de son groupe.

Des gens qui sont pourtant assez normaux je trouve : deux yeux surmontés de lunettes double foyers, des dents souvent tartreuses, deux bras et des doigts plus larges que la moyenne (à ce qu’il parait !?), une tête de hippie, toujours habillés en jeans et t-shirt couleur arc-en-ciel, ils se promènent avec des pantoufles même au boulot, ils sont gros consommateurs de soda et ils se grattent les fesses en marchant ! 🙂
Ça y est, vous y êtes ? Non ? Alors j’ajoute : des boutonneux … toujours pas ? Fans des comics ou de Star Wars …
Enfin ! Ce sont les geeks pardi ! 😉

Oui, en effet tout cela est un peu méchant je l’avoue, mais c’est cette image que la société leur a collé la petite… 😮 zut! Excusez-moi. Que la société leur a collé tout court.

Il était une fois les geeks… qui finirent par se révolter et décidèrent de construire leur propre société, leur propre monde. Ces gars se sont toujours pas mal débrouillés à l’école (même s’ils s’en tirent souvent avec quelques bleus au visage ou à l’âme). En dépit de tout ce qui s’en suivit, ils décidèrent de mener une lutte urbi et orbi dans l’espoir de lifter ce visage boutonneux.

Puis ils se déplacèrent de ville en ville afin de faire valoir leur cause. Ce long périple les mena à Paris, devant un auditoire conquis. Les geeks présentèrent un exposé sur la maquette de leur tout premier OS (Operating System ou Système d’Exploitation en français). À la fin du talk-show, ce fut une surprise générale lorsqu’un Général de haut rang hurla avec une ardeur guerrière: « Je vous ai compris ! ». Sur ce, ils obtinrent le soutien de la France dans ce combat.
Par contre ce récit ne connut pas le même succès au Vatican. En effet, F. Nietzsche avait été désigné pour l’exposition de cette conférence. Mais dans sa présentation il eut le malheur de parler d’un « gai savoir » devant une assemblée de prêtres abasourdis à une époque où l’église était plongée dans un scandale des plus gênants… 😮
F. Nietzsche frustré par cet échec ramassa ces affaires et leur indiqua, depuis la chapelle Sixtine, que de toute façon la papauté ne pouvait rien comprendre à tout cela, car selon ces mots : les geeks et lui étaient « les premiers nés du siècle à venir ». Toutes ces lignes de code et ces composants électroniques étaient une vraie exégèse pour le Saint-Siège.

Dieu créa l’homme à son image. Les geeks créèrent une image autour de ce qu’ils représentaient.

J’ai toujours adoré faire le lien entre les objets de leur création et la société dans laquelle ils évoluent. Essayons par exemple de comparer un ordinateur à un État :

Pour moi, un pays est comme un ordinateur dont les composants physiques (matériels) constituent le peuple et la partie logicielle (immatérielle) l’État.

Tout le monde sait qu’un gouvernement est un système d’exploitation non ?
J’irais même plus loin en disant qu’un gouvernement démocratique serait assimilable au système d’exploitation Windows ; et qu’un gouvernement communiste tournerait sous un système d’exploitation Linux … à vous de voir ! 😉

Les membres du gouvernement sont ici représentés par les applications utilitaires, car pouvant être remplacées ou mises à jour selon les circonstances, de la même manière qu’un gouvernement peut être changé ou mis à jour dans le cadre d’un remaniement par exemple. Le peuple (la partie matérielle) est le socle sur lequel repose l’État : tout comme il faut des hommes pour fonder une quelconque forme de société, il faut également un support physique pour faire s’exécuter un système d’exploitation sur une machine. L’État est l’âme d’une nation, le système d’exploitation est l’âme de la machine.

De la même manière, il est beaucoup plus facile de changer de gouvernement pour un État que de décider de changer de peuple.
Et évidemment tout bricoleur vous dira qu’il est beaucoup plus aisé de changer la partie logicielle d’une machine comparé à sa partie matérielle. Surtout pour les pc récents ; un vrai scandale! Y en a même qui sont classés irréparables. 🙁

Aussi, à mesure que la puissance de calcul d’un ordinateur (performance généralement due aux composants physiques) s’élève, il pourra plus facilement faire tourner le « must have » de ce qui se fait en matière logicielle. Utilisant toujours des algorithmes plus évolués et donc plus puissants pour interpréter relativement vite un processus.
Si nous permutons respectivement le peuple et le gouvernement à leur place comme cité plus haut nous comprendrons que le degré et la qualité de jugement et de réaction d’une société par rapport à un événement quelconque est plus ou moins lié à la « puissance de calcul » de sa « conscience collective » (masse populaire). Puissance de calcul conférée par le degré et la qualité des instructions reçues (éducation, information, culture, patriotisme…) suivant une certaine fréquence dans le temps. Une telle société pourra plus aisément faire danser l’État au rythme de sa mélodie.

Les geeks ont finalement réussi à créer un nouvel univers dont presque tout le monde se réclame aujourd’hui, mais ils sont les seuls à comprendre son véritable fonctionnement, à en codifier les protocoles, les certificats, la juridiction etc.
Le canard jacasse et boiteux était devenu un cygne muet naviguant sur un océan de données dorées.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *