PageRank ou le code source de la démocratie

PageRank, pour ceux qui l’ignore, représente en quelque sorte une partie du génome de Google. C’est en effet le nom de l’algorithme qu’utilise ce dernier pour sonder internet. Un algorithme est une suite d’opérations logiques aboutissant à un résultat. On compare souvent l’algorithme à la cohérence caractérisant une recette de cuisine. Grâce à ce modèle de calcul, PageRank est capable de mesurer la popularité d’une page web. Les résultats obtenus sont affichés par Google sous forme de résultats naturels ou de résultats sponsorisés.

C’est quoi le lien entre PageRank et la démocratie ?

Si Google martèle que son algorithme est le démocrate par excellence, c’est qu’il doit y avoir une raison. On définit la démocratie comme un régime fondé sur la souveraineté des peuples. Les candidats sont élus sur la base d’un certain nombre de critères. Même si votre candidat n’est pas élu, il peut toujours vous recommander de cliquer… 😮 …enfin, de voter pour un autre susceptible de résoudre une partie de vos soucis.

De la même manière Google dit: « cette page est la meilleure !», lorsqu’il y a énormément de votes (liens) qui pointent vers elle.
Donc si l’on considère chaque lien, entrant ou sortant, comme un vote, alors les pages les plus vues ou lues ont le pouvoir. Bien sûr, ce résultat est fonction des critères de recherche pour un sujet donné. Mais des candidats (sites web) il y’en a une pléthore, et tout le monde ne s’en sort pas. Il n’y a donc pas de secret, pour être élu il faut battre campagne et obtenir des votes.

Toutefois, votre site web pourrait voir sa popularité grimper en flèche lorsqu’un « grand électeur » vote pour lui. En effet, vous aurez plus de chance d’être connu si, par exemple, la Reine d’Angleterre vous fait la bise 🙂 Par contre si c’est vous qui la lui faites, ceci n’aura presque aucune incidence sur sa popularité à elle. Mais bon, si elle n’a pas apprécié, vous pouvez risquer la potence… 😉

Il faut savoir que certains grands électeurs comme Wikipédia sont insensibles à l’amour que vous leurs vouez 😮 Vous aurez beau insérer des liens Wikipédia dans votre blog, cette encyclopédie n’en retourne rien. Elle dit à Google de cacher ses sentiments pour vous grâce au principe du nofollow 🙁

Mais pourquoi Wikipédia refuse de jouer le jeu ?

Vous savez, le monde est plein de pervers… enfin de spammeurs. Si Wikipédia accepte de faire la bise à tous les sites qui lui en ont fait une, autant dire qu’elle sera submergée de bisous très souvent abusifs. Wikipédia est une encyclopédie ouverte et très populaire mais qui craint les pervers et leurs spams de bisous, car n’étant pas suffisamment protégée.

En démocratie les élections sont souvent truquées, et sur le web ?

Il y a quelques années encore, un blogueur pouvait booster le PageRank (popularité) de son site en l’inscrivant sur un annuaire. Lorsque vous inscrivez votre blog sur un annuaire, ce dernier crée massivement des liens retours pour votre site. Cette méthode permettait de gonfler artificiellement la popularité d’un blog. C’est une sorte de bourrage d’urnes en démocratie. En retour l’annuaire, lorsqu’il est gratuit, crible le blog de publicités souvent gênantes. Ce qui nuit énormément en termes d’expérience utilisateur. Désormais PageRank reconnait ces types de pratiques grâce à des filtres comme Sandbox et vous sanctionne en conséquence.

Que penser de cette démocratie à la PageRank ?

Google utilise une centaine de signaux pour sonder le web, tous plus mystérieux les uns des autres. PageRank reste l’un des signaux dont, justement, le code source est secret. La transparence, en démocratie, est quand même une valeur assez importante. C’est comme si vous vivez dans une république alors même que les textes fondamentaux de celle-ci vous sont inaccessibles. Vous pouvez être promu ou déchu sans connaitre le motif.

Il est aussi prouvé qu’avoir un bon score PageRank ne suffit pas pour obtenir un bon positionnement sur le web. C’est pourquoi Google a créé RankBrain, un algorithme qui propose une lecture du web plus intelligente en devinant le sens des mots et des phrases qu’il ne connait pas. RankBrain est aussi capable d’apprendre par lui-même.

Finalement, Mondoblog ce n’est pas si mal que ça ! Un annuaire totalement gratuit, sans aucune publicité et là où tout le monde peut devenir membre.
Sans lui, je serais probablement le seul lecteur de mon blog ! 😉

1 Commentaire

  1. Mais non, tu n’es pas le seul lecteur de ton blog qui es magnifique.
    Et en plus j’ai compris ce qui est un exploit.
    J’espère qu’un jour la reine d’Angleterre te fera la bise… sur ton blog!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *