Administrer Internet, qui s’en occupe ?

Nous avons souvent l’impression qu’Internet est contrôlé par les géants du web que sont Google, Facebook, Twitter, etc.
Et bien non ! C’est le département du Commerce des États-Unis qui à la main mise sur une bonne partie du fonctionnement d’Internet grâce à l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).
Pour ceux qui ne connaissent pas, l’ICANN c’est tout simplement l’organisme régulateur d’internet.
Il gère la quasi-totalité des ressources du web. C’est en effet lui qui attribue les noms de domaine de premier niveau (les .com, .org, .net,…), les adresses IP, en plus de coordonner tous les acteurs techniques.
Évidemment ce contrôle des États-Unis n’est pas absolu. Internet répond à un schéma d’interconnexions qui s’étend largement au-delà du territoire yankee.

L’ICANN est sous tutelle du gouvernement américain, une tutelle qui aurait dû prendre fin depuis 2009. Cette échéance a, en effet, plusieurs fois été repoussée par le Congrès américain au grand dam du reste du monde. La prochaine échéance est fixée pour ce 1er Octobre 2016. Même si l’ICANN est de droit américain, il a une compétence mondiale puisque ses décisions s’imposent à tous les États de la planète. Ce qui est de plus en plus contraignant pour beaucoup de pays et d’entreprises.
Vue sa mission, l’ICANN reste une organisation internationale.

Mais alors pourquoi les États-Unis ne veulent pas lui donner son indépendance?

Parce que tout simplement les États-Unis n’ont pas envie de voir les clefs d’Internet entre les mains de certains pays pas très ouverts comme la Chine ou la Russie qui pourraient porter atteinte aux valeurs de liberté, de partage qui caractérisent internet.
Cependant, tout le monde en a un peu marre qu’un seul gouvernement décide de l’avenir d’internet. Même Google et Facebook militent pour l’indépendance du web, puisqu’ils veulent aussi participer aux processus de décision.

Eh oui Oncle Sam, la guerre froide est terminée, il faut passer à un système mondial, multipartite et collaboratif.
Cette saga me rappelle celle du Seigneur des anneaux. Gollum (le gouvernement américain) est très attaché à l’Anneau unique (ICANN). Il ne compte le céder à personne, pas même à la Communauté de l’Anneau (l’ONU) 🙂
En effet, beaucoup de personnes souhaiteraient voir cet organisme, déjà international, revenir sous la tutelle des Nations Unis. Sauf le gouvernement américain bien sûr, qui ne souhaite pas confier la gestion de l’ICANN à l’ONU. C’est ce qui s’était passé en 2014.

Qu’est-ce qui va changer lorsque Internet ne sera plus sous le joug des États-Unis?

Tout le monde a en tête l’affaire Snowden qui a révélé beaucoup de scandales dont l’existence d’un système d’écoutes massives sur internet mis en place par la NSA (National Security Agency). Ou encore le blocage, par l’ICANN, du site WikiLeaks fondé par Julian Assange.
Si jamais Internet arrive à se libérer du gouvernement américains, ces pratiques pourraient diminuer.
Cela pourrait aussi être la fin de beaucoup de restrictions en rapport aux préfixes des noms de domaine.

La gestion de la langue connaîtra, peut-être, un bouleversement sur internet. Elle est en effet un outil important de la gouvernance du web. En 2009, par exemple, on a vu une levée de restriction pour les adresses web rédigées avec des caractères non latins, c’est-à-dire arabes, chinois, coréens, japonais ou cyrilliques.
Ainsi, la langue française pourrait, on l’espère, améliorer son rang sur la toile. Quoiqu’il en soit, la place de beaucoup d’autres langues sur internet sera pérennisée, tout en ayant une pensée particulière pour celles africaines.
Même si tous ces changements ne seront pas perceptibles pour la plupart des internautes, on se demande bien comment tout cela pourrait évoluer?

Alors Gollum cédera-t-il son précieux? Rendez-vous ce 1er octobre 2016! 😉

4 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE