Bataille juridique entre Apple et Qualcomm

Dans cet article nous allons tenter de comprendre les motifs des différends ayant conduit les deux mastodontes de la téléphonie mobile et partenaires commerciaux que sont Apple et Qualcomm devant la justice.

Qui sont Apple et Qualcomm ?

Logo Apple et Qualcomm
Si le fabricant d’iPhone et de Mac qu’est Apple n’est plus une firme à présenter, Qualcomm par contre n’est pas aussi connue par le grand public. Pour ceux qui l’ignorent, Qualcomm est tout simplement leader mondial en ce qui concerne la conception de processeur et de système sur une puce pour appareils mobiles.

C’est en partie grâce à Qualcomm que la 2G, la 3G, et la 4G existent. C’est aussi lui qui a réussi à implémenter ces concepts dans des produits. À ce jour, 80% des puces qui permettent de se connecter au réseau 4G sont délivrées par Qualcomm. Les composants qu’il fabrique équipent la plupart des smartphones des grandes marques comme Samsung, LG, etc.

Processeur snapdragon

Ce sont les puces, les modems et les processeurs de Qualcomm qui permettent aux smartphones de se connecter au Wifi, de prendre des photos toujours plus fines, ou carrément de faire tourner leurs systèmes d’exploitation grâce au fameux processeur Snapdragon.

Cependant, Apple et Qualcomm sont désormais engagés dans ce qui sera probablement une bataille épique et longue depuis quelques mois.

L’objet du litige

La principale source du conflit entre les deux géants du mobile que sont Apple et Qualcomm résulte du fait qu’Apple accuse Qualcomm de réclamer des royalties démesurées concernant l’utilisation de ces modems.
Prenons un exemple plus concret : pour que l’iPhone puisse se connecter au réseau 3G, Apple a dû acheter un modem chez Qualcomm permettant la connexion sur ce type de réseau. Cependant, même si Qualcomm a vendu cette technologie à Apple, ce dernier doit encore verser des redevances à Qualcomm sur chaque iPhone vendu dans le monde et qui utilise ce modem . Aussi, chaque fois qu’Apple crée un service compatible avec cette norme, comme l’iCloud par exemple, et bien il doit encore payer des redevances supplémentaires qui viennent s’ajouter aux précédentes.

Accusations et révélations mutuelles

Apple accuse aussi son partenaire de réclamer des royalties toujours plus croissantes et qui changent en fonction du modèle d’iPhone. Il rappelle aussi que très souvent ces royalties n’ont rien à voir avec le nombre de licence qui sont utilisés dans la norme 4G. Apple s’est par exemple vu réclamer plus de redevances sur un iPhone avec 256 Go de mémoire que sur un modèle 32 Go. Ce qui est scandaleux, car selon Apple il n’existe aucun lien entre la capacité de stockage et la 4G.

Les experts estiment que Qualcomm perçoit près de 20 dollars sur chaque iPhone vendu dans le monde, ce qui fait un joli magot. De plus les sous-traitants d’Apple doivent aussi payer. C’est comme si vous achetez une pizza et que vos amis doivent aussi payer une taxe sur chaque bouchée. Je n’ai rien compris du schéma explicatif, mais vous pouvez y jeter un coup d’œil dans la plainte d’Apple à la page 24.

De son côté Qualcomm réplique lui aussi, dans une plainte de 139 pages que vous pouvez télécharger ici, contre Apple. Qualcomm répond que, sans ses brevets portant sur le réseau, « Apple n’aurait jamais pu générer plus de 760 milliards de dollars de ventes d’iPhone ».
Donc sans Qualcomm Apple n’aurait pas eu le succès qu’il connait aujourd’hui.

Dans sa plainte Qualcomm n’hésite pas à indiquer les surcoûts que pratique Apple concernant les redevances que Samsung lui paie. Selon Qualcomm, Apple fait verser à Samsung 7,14 dollars par appareil vendu pour l’utilisation de seulement trois brevets d’interface : écarter les doigts pour zoomer sur une photo, taper sur l’écran pour également zoomer et le rebond de l’interface quand on arrive au bout d’un menu ou d’une page. C’est vrai que c’est un peu cher quand même !

Qualcomm joue aussi les mégalos. Jetez un coup d’œil à la page 53 de sa plainte. Qualcomm dit, de façon grossière, que c’est grâce à ses technologies que Uber, Pokémon GO, Snapchat, Spotify, Apple Music, Skype, et Google Maps ont été créés. Autrement dit, si Qualcomm n’avait pas existé, ces services n’auraient jamais vue le jour.

La sortie du prochain iPhone est-elle compromise ?

Personnellement je ne pense pas que cette histoire puisse entraver la sortie de l’iPhone 8, car ce litige porte essentiellement sur les modems qui gèrent la connexion aux réseaux mobiles 3G, 4G et bientôt la 5G. Ce n’est pas un énorme souci car même dans le cas où ces antagonistes se séparent méchamment il y a d’autres fournisseurs qui proposent des licences et des modems similaires comme Intel.

Bref vous l’aurez compris, la bataille entre Apple et Qualcomm ne fait que commencer puisque ni l’un ni l’autre ne semble lâcher le morceau.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *